Chaque année, le rapport des médecins du travail d’Orange apporte un témoignage sans concession des problèmes et dysfonctionnements qu’ils constatent. Celui de 2019 n’aborde pas la question particulière de la pandémie. Il corrobore bon nombre d’alertes de FOCom.

L’accompagnement annoncé pour transformations du plan stratégique Engage 2025 est centré majoritairement sur l’évolution des compétences et les médecins expriment des craintes quant aux « possibilités pour le plus grand nombre d’acquérir et de mettre en œuvre ces nouvelles compétences, et ce, au-delà de l’aspect générationnel ». Ils s’inquiètent d’ailleurs de « la forte augmentation du nombre de salariés déclarés inaptes à leur poste, liée aux difficultés de reclassement, les postes « à faible exigence physique ou cognitive » ayant progressivement disparu. La problématique des bassins d’emploi désertifiés accentue les difficultés de reclassement, l’allongement des déplacements, corolaire d’un repositionnement sur ces bassins d’emploi, constitue un obstacle supplémentaire. » Et le très mal nommé « ancrage territorial » n’arrange rien.

Concernant les AD, les médecins considèrent que les effets du plan d’actions présenté par la Direction Grand Public ont été peu visibles sur le terrain en 2019 en termes de recrutement, de charge de travail et de charge mentale, de reconnaissance, de conditions de travail… Et des managers, qui jouent un rôle d’amortisseurs entre les objectifs et les moyens, sont à la limite de l’épuisement professionnel.

Pour ProPme, fusionnée en 2018, ils notent, d’une manière générale, un sentiment d’insatisfaction au travail lié à une augmentation de la charge de travail associée au sentiment de « faire de la quantité aux dépens de la qualité ».

Ils pointent la persistance de grandes difficultés dans les Agences Entreprises, pour les équipes de Délivery : système informatique trop lourd et peu ergonomique, charge mentale et perte du sens du travail… Globalement le «Crash program» n’a pas apporté les changements attendus. Si la situation paraît moins aiguë qu’en 2018 c’est davantage lié à l’installation d’une résignation générale qu’à la résolution des problèmes de fond.

Pour régler les problèmes humains persistants, aggravés par la crise sanitaire, la direction d’Orange doit être beaucoup plus attentive aux alertes qui lui sont remontées par les divers acteurs des relations sociales. Et satisfaire les revendications des personnels portées notamment par FOCom !

FOComOrange

cliquez sur la 1ère page pour obtenir le rapport complet.

Laisser un commentaire