L’an dernier en 2020, la date d’ouverture de la déclaration avait été décalée en raison de la crise sanitaire. En 2021, le calendrier de déclaration des revenus et charges de 2020 revient à la normale avec l’ouverture de la télédéclaration le 8 avril. Comme les contribuables y sont désormais habitués, les délais de déclaration en ligne varient selon le département de résidence. En 2021, les dates limites s’étalent du mercredi 26 mai au mardi 8 juin pour la dernière zone : mercredi 26 mai à 23h59 pour les départements 1 à 19 et les non résidents, mardi 1er juin à 23h59 pour 20 à 54 et mardi 8 juin à 23h59 pour 55 à 976. Attention, pour les contribuables autorisés à recourir à la déclaration « papier », après le jeudi 20 mai il sera trop tard !
Pendant toute la période déclarative et avant la date limite de dépôt qui correspond à votre cas, vous pouvez effectuer autant de rectifications que vous le souhaitez, via votre espace particulier.
Une fois que votre avis d’imposition a été réceptionné ou mis à votre disposition en ligne, vous pourrez à nouveau modifier votre déclaration grâce au service de correction en ligne. Ce service est ouvert généralement de début août à fin novembre, en conséquence de début août 2021 à fin novembre 2021 pour les revenus de l’année N-1 (2020). Pendant cette période, le contribuable peut modifier sa déclaration de revenus, et les éléments liés à l’impôt sur la fortune immobilière.

Conduire les projets de transformation de manière responsable

Une réunion nationale a eu lieu le 6 avril avec l’entreprise pour échanger sur les dispositifs d’accompagnement des projets de « transformation responsable ». L’objectif affiché de la direction était de faire un état des lieux, d’échanger sur ce qui fonctionne et ce qui pourrait être amélioré sans « remettre en cause les dispositifs existants ». FOCom a réaffirmé qu’il était irresponsable, en période de crise sanitaire, de fermer des boutiques, de cumuler et d’accélérer des projets de transformations dans les métiers Grand Public, Pro-Pme, Entreprise. Nous ne cessons, avec les médecins du travail de mettre en garde la direction sur les conséquences des mesures qu’elle impose, notamment l’augmentation des risques psycho-sociaux. Nous souhaitons une meilleure prévention en amont des projets, ainsi qu’un accompagnement des populations tels que les salariés éloignés du service, en situation de handicap, en cours de reclassement ou à moins de 5 ans du départ à la retraite. Nous avons également demandé l’application stricte des accords car la direction ne tient pas toujours ses engagements, et nous sommes obligés de les lui rappeler régulièrement.

Laisser un commentaire